ALSTOM : LA DEMISSION D’ETAT, LA TRAHISON DES ELITES

18 janvier 2015

Non classé

Deux des meilleurs experts français de l’intelligence économique et du renseignement viennent de rendre public un rapport précisant les modalités selon lesquelles les actionnaires d’Alstom ont autorisé la vente des activités de sa branche Energie à General Electric (GE).

Les auteurs du rapport l’ont rendu public sur le site du CF2R, Centre français de recherche sur le Renseignement http://www.cf2r.org/

On trouvera ci-dessous la présentation de ce rapport, qui en résume les grandes lignes. Ce texte confirme bien les pires soupçons de ceux qui avaient lutté contre cette vente de Alstom, allant jusqu’à demander sa nationalisation. Pour notre part, nous avions même lancé une pétition en ce sens, qui n’a reçu que peu de soutien. 1)

Le rapport du CF2R confirme les pires soupçons que l’on pouvait avoir sur les mobiles de cette vente, le rôle des intérêts américains et les multiples complicités dont ceux-ci ont bénéficié dans l’establishment français. Ceci au plan politique parmi les représentants tant de la gauche que de la droite. La voix de Arnaud Montebourg a été vite étouffée. Quant à celle de Jean-Luc Mélenchon, elle n’ a suscité que des lazzis. Aujourd’hui, un des artisans de ce désastre, le PDG Patrick Kron, s’en est sorti avec les avantages et les honneurs que l’on sait.

Un citoyen ignorant du dessous des cartes pourra s’étonner de constater cette démission des plus hauts responsables politiques français. président de la République, Premier ministre, ministre de la Défense. A leur place, même si initialement ils étaient incompétents dans ces domaines, ils auraient du disposer de conseillers avertis qui auraient du les mettre en garde contre cet abaissement majeur des intérêts français. Mais qui étaient ces conseillers, sinon des agents placés auprès d’eux par les intérêts américains pour faire triompher ceux-ci. Les spécialistes du renseignement et de la guerre économique pouvaient s’évertuer à les mettre en garde, ils n’étaient pas écoutés.

Ceux qui ont vécu l’époque lointaine du démantèlement du Plan Calcul français, après le départ de Georges Pompidou, sinon même dès le retrait du président de Gaulle, avaient vécu le même drame. Comment, alors que l’entreprise Unidata était en train de réussir, les nouveaux responsables français de l’époque avaient tout abandonné au profit des industriels américains. Pour quelles raisons les avertissement qu’ils ne cessaient de prodiguer auprès du nouveau pouvoir ne recevaient pas le moindre début d’attention?

Par la suite, ils ont mieux compris et l’affaire d’Alstom aujourd’hui ne fait qu’illustrer la chose. Les milieux politiques et industriels français étaient infiltrés par des représentants eux-mêmes français du pouvoir américain dans ce qu’il avait de plus dangereux, mêler la corruption et le chantage pour détruire le coeur de la nation attaquée. Aujourd’hui, certains instruits par l’expérience des « révolutions oranges » suscités par la NSA et la CIA américaines aux frontières de la Russie, en sont arrivés à se demander si Mai 1968, sous un discours généreux qui avait suscité beaucoup d’enthousiasme chez les jeunes, n’avait pas été une révolution orange avant la lettre, destinée à entrainer la chute de Charles de Gaulle. Celui-ci était pour l’Empire américain, tout juste derrière le communisme soviétique, on l’a trop oublié aujourd’hui, l’obstacle à abattre dans le maintien de la domination américaine sur l’Europe. l

Source:

Leslie Varenne et Eric Denécé, Racket américian et démission d’Etat. Le dessous des cartes du rachat d’Alstom par General Electric

http://www.cf2r.org/images/stories/RR/rr13.pdf

http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1601

Les commentaires sont fermés.

Pcdvendee |
Letambourdesaintremy |
Le Bangard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Emploidessolutions
| Opposition Raphaeloise
| tueparlesfinanciers