ALAIN JUPPE, FRANCOIS FILLON & EMMANUEL MACRON, ETC…TOUS DES CANDIDATS DU GROUPE DE BILDERBERG

15 novembre 2016

Non classé

Image de prévisualisation YouTube

 

Le nom à lui seul évoque le secret. Bilderberg est le sommet international le plus confidentiel au monde. Il réunit les puissants oligarques du monde entier, issus du monde des affaires, de la finance et de la politique.

Le groupe Bilderberg porte le nom de l’hôtel d’ Oosterbek des Pays-Bas, où il s’est réuni pour la première fois en 1954. Le but était de freiner l’anti-américanisme socialiste en favorisant l’«atlantisme» pour favoriser des politiques, économiques et coopération de défense entre les Etats-Unis et l’Europe occidentale.

Il est composé de financiers, comme David Rockfeller, l’un des fondateurs, d’hommes d’affaires, d’hommes politiques, de scientifiques, de diplomates, d’économistes. Il compte 140 membres.

 

Pour Christine Lagarde, la France a besoin d'Emmanuel Macron

Pour Christine Lagarde, la France a besoin d’Emmanuel Macron (28/9/2015)AFP/POOL/ PHILIPPE WOJAZER

Emmanuel Macron, La présidente du FMI Christine Lagarde, l’ex-président de la FED, Eric Schmidt, l’ex PDG de Google, Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, etc… ou encore François Fillon, Alain Juppé, Henri de Castries, Christine Lagarde,   Valérie Pécresse, etc… figurent parmi les participants.

 

Son existence et le mystère dont s’entoure cette conférence alimentent différentes théories du complot. Chaque année, la conférence se réunit dans un pays différent, entouré du plus grand secret et sous haute surveillance policière. Cette réunion de « maîtres du monde », ce club de banquiers, patrons de multinationales, géopoliticiens ou hauts fonctionnaires est en effet très attaquée par certains mouvements anticapitalistes et altermondialistes.

Le groupe BilderBerg a réussi au-delà de ses espérances avec l’implosion de 1989 de l’Union soviétique, le démantèlement en 1991 du Pacte de Varsovie et l’ouverture de l’ouest à commercer avec la Chine communiste. Ils ont appuyé l’adoption en 1992 du «Traité de Maastricht» qui concerne aujourd’hui  28 pays et 508 millions de personnes dans l’Union européenne, tous soumis à la libre circulation des échanges conduisant à la destruction des économies des états-nations. Ils ont également encouragé l’expansion mondiale des missions de l’OTAN. En 1999, ils ont favorisé la mise en place de l’Euro qui aura abouti à une décennie de crise de la dette souveraine…

Ainsi,  les intérêts des entreprises multinationales qui dominent le groupe de Bilderberg ont largement profité du commerce mondialisé notamment par la réduction des tarifs douaniers qui ont largement contribué aux déséquilibres sociaux. Mais après une prospérité associée au transfert de technologie massive vers les marchés émergents, le commerce mondialisé semble aujourd’hui avoir coupé les États-Unis et l’Union européenne de la croissance économique, tandis que l’inégalité des revenus s’aggrave.

https://d.ibtimes.co.uk/en/full/1522005/bilderberg.jpg?w=400

Lors de leur dernière réunion à Dresde en juin 2016, plus de 400 policiers étaient mobilisés pour empêcher les manifestants d’encercler la zone

Image de prévisualisation YouTube

Les élites mondialisées cherchent actuellement une roue de secours, un joker à utiliser pour la France, comme l’ont été Sarkozy et Hollande. Et pour cela, elles seraient prêtes à « droitiser leur propos », à faire croire comme Hollande,  qu’ils luttent contre les élites mondialisées et l’influence hégémonique des USA. Dans cet immense pièce de théâtre, François Fillon & Alain Juppé sont leurs poulains, sans oublier le poulain du Bilderberger Jacques Attali, Emmanuel Macron, membre de la French-American Foundation (Young Leader cuvée 2012) et participant de la Conférence  Bilderberg 2014.

Image de prévisualisation YouTube

Pour les primaires à droite, on peut déjà avancer la victoire du groupe de Bilderberg avec près de 90% des voix (fillon + juppé + sarkozy). Dans de telles conditions, il ne peut y avoir de changement en France ! Il serait bon que les français ouvrent enfin les yeux et s’abstiennent définitivement de voter pour ceux qui les trompent et comprennent enfin comment est gouvernée la France et l’union européenne.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Liste des invités de 2013

FRA Henri de Castries  Président du Groupe AXA
DEU Paul M. Achleitner Président du Conseil de Surveillance de la Deutsche Bank
DEU Josef Ackermann Président du Conseil du groupe Suisse Insurance
GBR Marcus Agius Ancien président du conseil d’administration de la Barclays
GBR Helen Alexander Présidente du groupe UBM
USA Roger C. Altman Président exécutif de Evercore Partners
FIN Matti Apunen Directeur du Forum des politiques EVA (Finlande)
USA Susan Athey Professeur d’économie au Stanford Graduate School of Business
TUR Asli Aydıntaşb Chroniqueur au journal turc  Milliyet
TUR Ali Babacan Vice-Premier ministre des affaires économiques et financières
GBR Edward M. Balls Ombre chancelier de l’Echiquier
PRT Francisco Pinto Balsemão Président de IMPRESA
FRA Nicolas Barré Directeur de la rédaction, Les Echos
RC José Manuel Barroso Président de la Commission européenne
FRA Nicolas Baverez Membre de Gibson et de Dunn & Crutcher
FRA Olivier de Bavinchove Commandant de l’Eurocorps
GBR John Bell Professeur au Regius de médecine, Université d’Oxford
ITA Bernabé, Franco Président de Telecom Italia
USA Jeff Bezos Fondateur et chef de la direction, Amazon.com
SWE Carl Bildt Ministre des Affaires étrangères
SWE Anders Borg Ministre des Finances
NLD Jean François van Boxmeer Président du Conseil d’administration de Heineken
NOR Svein Richard Brandtzæg Président de Norsk Hydro
AUT Oscar Bronner Editeurchez Der Standard Medienwelt
GBR Peter Carrington Ancien président d’honneur du groupe Bilderberg
ESP Juan Luis Cebrián Président exécutif du groupe Prisa
CAN W. Edmund Clark Président de la banque TD
GBR Kenneth Clarke Membre du Parlement
DNK Bjarne Corydon Ministre des Finances
GBR Sherard Cowper-Coles Directeur du développement commercial, chez BAE Systems
ITA Enrico Tommaso Cucchiani PDG, Intesa Sanpaolo SpA
BEL Etienne Davignon Ministre d’Etat et ancien président de  Bilderberg
GBR Ian Davis Memebre émérite du groupe  McKinsey & Company
NLD Robbert H. Dijkgraa Directeur et Leon Levy Professeur, Institute for Advanced Study
TUR Haluk Dinçe Président, Groupe détail et de l’assurance, Sabanci Holding AS
GBR Robert Dudley Directeur Général du Groupe BP
USA Nicolas Eberstadt Président du Wendt Henry, au sein de l’American Enterprise Institute
NOR Espen Barth Eide Ministre des Affaires étrangères
SWE Börje Ekholm Président du groupe Investor AB
DEU Thomas Enders PDG d’EADS
USA J. Micheael Evans Vice-président de Goldman Sachs & Co.
DNK Ulrik Federspiel Vice-président exécutif, Haldor Topsøe A / S
USA Feldstein, Martin S. Professeur d’économie, Université de Harvard; président émérite, NBER
FRA François Fillon Ancien Premier ministre français
USA Fishman, Mark C. Président, Instituts Novartis pour la Recherche Biomédicale
GBR Flint, J. Douglas Président du Groupe HSBC
IRL Gallagher, Paul Senior Counsel
USA Timothy F. Geithner Ancien Secrétaire au Trésor
USA Michael Gfoeller Consultant politique
USA E. Graham Donald Président du The Washington Post
DEU Ulrich Grillo PDG de Grillo-Werke
ITA Lilli Gruber Journaliste – présentatrice à La 7
ESP Luis de Guindos Ministre de l’Economie et de la compétitivité
GBR Stuart Gulliver Directeur Général du Groupe, HSBC Holdings
CHE Felix Gutzwiller Membre du Conseil des Etats suisse
NLD Victor Halberstadt Professeur à l’Université de Leiden,  ex SG de Bilderberg
FIN Olli Heinonen Membre du directoire de Harvard Kennedy School
GBR Simon Henry Président du groupe Shell
FRA Paul Hermelin Président du Groupe Capgemini
ESP Pablo Isla Président du groupe Inditex
USA Kenneth M. Jacobs Président de la banque Lazard
USA James A. Johnson Président de Johnson Capital Partners
CHE J. Thomas Jordan Président du Conseil de la Banque nationale suisse
USA Vernon E. Jordan Jr. Directeur du management chez Lazard Freres & Co
USA Robert D. Kaplan Chef analyste géopolitique, Stratfor
USA Alex Karp Fondateur de Palantir Technologies
GBR John Kerr Membre indépendant de la Chambre des Lords
USA Henry A. Kissinger Président de l’association Kissinger
USA Klaus Kleinfeld Président du groupe Alcoa
NLD Klass HW Knot Président de la banque nationale hollandaise
TUR Mustafa V. Koç Président de Koç Holding AS
DEU Roland Koch PDG de Bilfinger SE
USA Henry R. Kravis Co-président du groupe Kohlberg Kravis Roberts & Co.
USA Marie-Josée Kravis Vice-président de l’Institut Hudson
CHE Kudelski, André Président et chef de la direction, Groupe Kudelski
GRC Ulysse Kyriacopoulos Président, S & B Industrial Minerals SA
RC Christine Lagarde Directeur général du Fonds monétaire international
DEU J. Kurt Lauk Président du Conseil économique de la CDU, Berlin
USA Lawrence Lessig  professeur de droit à l’Université d’Harvard
BEL Thomas Leysen Président du conseil d’administration de KBC Groupe
DEU Christian Lindner Chef du Parti libéral-démocrate (FDP NRW)
SWE Stefan Löfven Chef du Parti social-démocrate (SAP)
DEU Peter Löscher Président directeur général de Siemens
GBR Peter Mandelson Président de Lazard international
USA Jessica T. Mathews Président de Carnegie Endowment for International Peace
CAN Frank McKenna Président de Brookfield Asset Management
GBR John Micklethwait Rédacteur en chef, The Economist
FRA Thierry de Montbrial Président de l’Institut français des relations internationales
ITA Mario Monti Ancien Premier ministre italien
USA Craig J. Mundie Conseiller principal du directeur général de Microsoft Corporation
ITA Alberto Nagel PDG de Mediobanca
NLD Pays-Bas, SAR la Princesse Beatrix des
USA Andrew Y. NG Co-fondateur de Coursera
FIN Jorma Ollila Président du groupe pétrolier Shell
GBR David Omand Professeur invité au Collège Royal de Londres
GBR George Osborne Chancelier de l’Échiquier
USA Ottolenghi, Emanuele Senior Fellow de la Fondation pour la Défense des Démocraties
TUR Özel, Soli Maître de conférences, Université Kadir Has, chroniqueur, Habertürk journal
GRC Papahelas, Alexis Rédacteur en chef, journal Kathimerini
TUR Pavey, Şafak Membre du Parlement (CHP)
FRA Valérie Pécresse Député (UMP)
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute
USA Petraeus, David H. General, US Army (retraité)
PRT Portas, Paulo Ministre d’Etat et des Affaires étrangères
CAN Prichard, J. Robert S. Président, Torys LLP
RC Reding, Viviane Vice-président et Commissaire pour la Justice, des Droits fondamentaux et de la citoyenneté, Commission européenne
CAN Reisman, Heather M. CEO, Indigo Books & Music Inc.
FRA Hélène Rey  Professeur d’économie à la London Business School
GBR Robertson, Simon Partner, Robertson Robey Associates LLP, vice-président, HSBC Holdings
ITA Rocca, Gianfelice Président, Groupe Techint
POL Rostowski, Jacek Ministre des Finances et vice-premier ministre
USA Rubin, Robert E. Co-président, Council on Foreign Relations et ancien Secrétaire au Trésor
NLD Rutte, Mark Premier ministre
AUT Schieder, Andreas Secrétaire d’Etat des Finances
USA Schmidt, Eric E. Président exécutif de Google Inc.
AUT Scholten, Rudolf Membre du Conseil d’administration, Oesterreichische Kontrollbank AG
PRT Seguro, António José Secrétaire Général, Parti socialiste
FRA Jean-Dominique Senard  Directeur général du Groupe Michelin
NOR Skogen Lund, Kristin Directeur général, Confédération des entreprises norvégiennes
USA Slaughter, Anne-Marie Bert G. Kerstetter ’66 professeur à l’Université des sciences politiques et relations internationales, Université de Princeton
IRL Sutherland, Peter D. Président, Goldman Sachs International
GBR Taylor, Martin Ancien président, Syngenta AG
RC Tidjane Thiam CEO du groupe, Prudential 
USA Thiel, Peter A. Président, Thiel Capital
USA Thompson, Craig B. Président et chef de la direction, Memorial Sloan-Kettering Cancer Center
DNK Jakob Haldor Topsøe Membre du groupe AMBROX Capital A / S
FIN Jutta Urpilainen Ministre des Finances
CHE Daniel L. Vasella Président d’honneur, Novartis AG
GBR Peter R. Voser PDG, Royal Dutch Shell
CAN Brad Wall Ministre de la Saskatchewan
SWE Jacob Wallenberg Président à Investor AB
USA Kevin Warsh membre distingué du « Hoover Institute », Université de Stanford
CAN Galen G. Weston Président exécutif,  The Loblaw Companies
GBR Shirley Williams de Crosby Membre de la Chambre des Lords
GBR H. W Martin Commentateur économique en chef, The Financial Times
USA James D. Wolfensohn Président de Wolfensohn and Company
GBR David Wright Vice-président de la  Barclays
RC Robert B. Zoellick Membre distingué du Peterson Institute for International Economics

——————————————————————————————————————————————————————-

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

.

Bilderberg Group : Ceux qui gouvernent vraiment le monde

Avec une expression mêlant à la fois la reconnaissance objective de la réalité du monde et l’arrogance propre au pouvoir, l’un des plus grands milliardaires de la planète a eu ces mots : « La lutte des classes existe bel et bien, et ma classe est en train de la gagner. » Il s’agit, en fait, d’une analyse claire et lucide des nouveaux rapports de force issus de la révolte des élites et de l’offensive néolibérale contre le monde du travail et des droits humains. Un scénario dont peu de gens ont conscience, tant il est vrai que le pouvoir fait tout pour nous induire en erreur et utilise ses armes de distraction de masse.

Mais pour bien comprendre la portée réelle de cette nouvelle élite oligarchique comme agent du capital absolu-totalitaire dans cette époque de retour à une certaine forme d’esclavage, il n’est pas inutile de s’arrêter un instant sur le « Groupe Bilderberg« , l’emblème de l’Internationale libérale-financière de notre ère néo-féodale.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à première vue,… le Groupe Bilderberg n’est pas une forme de société secrète ni une quelconque conspiration. Il s’agit en fait d’un rassemblement privé entre puissants du monde entier [dont la liste officielle pour 2015 est ici – NdT], qui se répète tous les ans, depuis la toute première réunion en 1954 dans l’hôtel Bilderberg situé à Oosterbeek, en Hollande.

Cette réunion annuelle a pour but de faire se confronter les puissants issus de l’élite, unis par une même idéologie néolibérale qui les représente, et par la volonté de former un réseau dédié à la défense de leurs intérêts et à l’union des institutions bancaires.

C’est très précisément ce qu’on pourrait définir comme une Internationale libérale-financière, dont la devise semble être se cristalliser dans l’inversion des paroles par lesquelles Marx concluait son Manifeste : « Puissants du monde entier, unissez-vous ! ».

Vu sous un certain angle, on pourrait dire que le Groupe Bilderberg n’est rien d’autre qu’un réseau d’intérêts interdépendants de type financiers, politiques, économiques et industriels.

De 1954 à nos jours, il n’a jamais été permis à la presse d’assister aux réunions du Groupe Bilderberg, et l’agenda de leurs congrès n’a jamais été publié, pas plus que des déclarations de ceux qui y ont participé.

Véritable expression des arcanes impériaux de l’économie mondiale financiarisée, la recherche permanente du secret le plus absolu de cette nouvelle oligarchie finit paradoxalement par être extrêmement révélatrice de la véritable nature du Groupe Bilderberg, à savoir, un gouvernement occulte qui opère dans l’ombre, et détermine les lignes générales de politiques réduites à n’être qu’une simple prolongation de l’économie, par d’autres voies.

Bien que les réunions soient totalement secrètes, les intérêts de l’élite Bilderberg sont parfaitement connus, car ils coïncident avec ceux du capitalisme financier dans sa phase la plus absolue (pour une analyse plus poussée, je me permets de vous renvoyer à mon étude  »Minima mercatalia. Filosofia e capitalismo« ).

Ces intérêts gravitent autour du projet central consistant à la fois à éliminer les États nationaux et des droits sociaux, à créer une immense classe pauvre de personnes précaires, nomades et disposées à tout pour survivre, à détruire les constitutions et les frontières nationales, à mettre en place de nouveaux traités internationaux contraignants qui font primer l’économie et la Banque, à attaquer tous azimuts le monde du travail et les garanties sociales.

Les plans et les projets du Groupe Bilderberg incarnent l’essence même de la révolte des élites : les unions et les traités internationaux sont utilisés comme moyens pour mettre fin aux souverainetés nationales et démocratiques, et par là même, déstructurer le Droit et l’État social, en imposant comme seul paramètre la compétitivité au niveau international.

Au travers des traités internationaux [comme le projet de TAFTA – NdT], les gouvernements sont en réalité privés de leur pouvoir qu’ils cèdent à des agences internationales et financières, lesquelles se substituent de plus en plus aux États nationaux dont les dirigeants étaient, du moins sur le papier, élus par le peuple.

ALAIN JUPPE, FRANCOIS FILLON & EMMANUEL MACRON, ETC...TOUS DES CANDIDATS DU GROUPE DE BILDERBERG macron2014En opérant ainsi, l’oligarchie financière de l’élite peut agir en tant que société pour oeuvrer au niveau mondial et administrer la planète à travers un réseau transnational capable d’imposer un nouvel ordre mondial marqué par la logique du capitalisme absolu et flexible, sans rencontrer la moindre résistance.

Comme l’aurait déclaré David Rockefeller en juin 1991 lors d’une réunion du Groupe Bilderberg à Baden Baden, une souveraineté supranationale exercée par une élite intellectuelle et par des banquiers mondiaux est décidément préférable à la traditionnelle autodétermination des nations.

Dans ces mots, au fond, on retrouve la substance essentielle du programme internationaliste de libéralisation sans frontière poursuivi par cette nouvelle Internationale libérale-financière, consistant en la destruction complémentaire de l’ »esclave » (servo, en italien) en tant que sujet capable de s’organiser et de s’opposer, et de tous les obstacles réels ou symboliques à même de freiner l’expansion illimitée du nihilisme économique.

L’objectif ultime est l’instauration d’un gouvernement  unique mondial régnant sur un seul marché planétaire, où ne subsiste plus aucune culture ou identité plurielle, où l’humanité est dissoute en simples atomes de consommation privés de toute racine et de toute capacité à se projeter, réduite à une immense plèbe précarisée et asservie.

En gros, c’est le triomphe du classisme(*) planétaire et du fanatisme économique et transnational.

Diego Fusaro

Source : ilFattoQuotidiano.it, le 14/02/2016

Traduction : Christophe

Bilderberg

Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l’Economie a participé à la réunion du groupe Bilderberg, qui a eu lieu à Copenhague les 31 mai et 1 juin 2014. M. Macron y assistait en tant que conseiller de François Hollande à la présidence de la République.

participants_bilderberg_meetings_marcron_v_1

Cette réunion s’est tenue dans le mutisme habituel des médias français. Le groupe Bilderberg réunit chaque année pendant deux jours les principaux dirigeants économiques et politiques – ainsi que quelques journalistes – pour discuter des « affaires du monde ». Ce cénacle est un de ceux qui coordonnent l’application internationale du dogme néo-libéral.participants_bilderberg_meetings_v_1

Résultat de recherche d'images pour "henri de castries bilderberg"Henri de Castries, président de la compagnie Axa, préside le groupe Bilderberg. Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international, Fleur Pellerin, alors secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur et maintenant ministre de la Culture, François Baroin, UMP, et Natalie Nougayrède, ex-directrice du Monde, journal possédé par MM. Bergé, Niel et Pigasse, étaient quelques-uns des membres de la réunion de Copenhague.

Résultat de recherche d'images pour "francois baroin"

Les commentaires sont fermés.

Pcdvendee |
Letambourdesaintremy |
Le Bangard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Emploidessolutions
| Opposition Raphaeloise
| tueparlesfinanciers