LA LIBERATION D’ALEP OU L’AGONIE DES SCRIBES ET PHARISIENS HYPOCRITES…

19 décembre 2016

Non classé

Rebâtir La France | Officiel

L’une des grandes nécessités urgentes pour tout courant d’idées prétendant Rebâtir la France, sera de réformer drastiquement les médias. C’est une nécessité qui avait déjà été énoncée depuis bien longtemps par bon nombre d’initiés en France, connaissant sérieusement les sujets dans lesquels les médias internationaux mais également français, se rendirent ouvertement complice des plus infamantes désinformations[1]. Sauf que le cloisonnement entre ces “initiés“ et les profanes, spécialement dans le domaine du renseignement, ne se voit certainement nulle part ailleurs mieux qu’en France : une écrasante majorité de gens n’entendront jamais parler de renseignement durant leur vie, alors qu’ils subiront constamment une propagande subtile leur inculquant une défiance contre ce qui sera bien plus volontiers qualifié d’espionnage et autres barbouzeries.

Ainsi les désinformateurs ont le champ libre pour propager les visions les plus fantaisistes des conflits contemporains, avant-hier en Algérie, hier en Yougoslavie, et aujourd’hui en Syrie. Il y a cinq ans, en effet, les plus impudents désinformateurs fauteurs de guerre, BHL, Kouchner, Fabius en tête, utilisant la France tantôt comme un hôtel, tantôt comme un simple “vecteur“ de leurs ambitions géopolitiques, lançaient leur “campagne“ : « Assad doit partir »[2]. Plus de cinq ans plus tard, cinq ans de martyre pour la Syrie et pour toutes les populations civiles qui furent prises en otage par des mercenaires importés sur zone (nous savons aujourd’hui en grande partie par qui, comment et pourquoi), la situation s’est maintenant totalement inversée.

La situation en Syrie s’est inversée pour deux raisons principales :

1- Tout d’abord la détermination sans faille de la Russie, subtilement appuyée par la Chine dans tous les moments critiques, au soutien de la Syrie. Et alors que nos chers médias tentaient de nous vendre un “État Islamique“ comme constituant une force militaire implacable, terrifiante, l’engagement direct de l’Armée russe, dans le respect le plus exemplaire du Droit International, et après que la Russie eut montré une patience au-delà de toute limite face à l’hypocrisie soi-disant occidentale, a totalement inversé la situation en un an. Mais il ne faudrait pas oublier également la coopération exemplaire de la Russie avec le Hezbollah libanais, et surtout avec l’Armée iranienne qui fut elle aussi très professionnelle sur le terrain : ces deux acteurs savaient exactement contre quoi ils se battaient, pour avoir vécu durant ces dix dernières années sous la menace d’un chantage constant…

2-La résistance subtile de l’Armée américaine, face aux fauteurs de guerre mondialiste utilisant la puissance militaire des États-Unis afin de détruire les Etats non coopératifs au Moyen-Orient. Nous parlons là d’une fronde interne, au sein de l’Armée américaine et des Services américains (notamment militaires), et plus globalement de tous les patriotes au sein des corps constitués garants de la stabilité des États-Unis : ce sont ces patriotes conscients de la réalité du terrain, qui ont subtilement édulcoré et hypothéqué le soutien américain à peine voilé à la « rébellion syrienne », autant qu’ils pouvaient le faire malgré un jeu institutionnel en leur défaveur face au Président Obama.

Ceci s’est d’ailleurs traduit par une large coopération sur le terrain avec l’Armée iranienne en Irak, peu connue mais visant notamment à faire contrepoids aux Saouds, ainsi que par une subtile coopération entre certains milieux du renseignement américain et leurs homologues russes, notamment par le biais de canaux allemands et israéliens. Ainsi, depuis l’affaire de Benghazi (septembre 2012) jusqu’à la victoire de Trump (novembre 2016), ce fut quatre ans d’une lutte sourde qui aboutit à une mise en échec au moins temporaire des mondialistes aux États-Unis, cette lutte peu comprise avait en fait déjà commencé dès après le 11 septembre 2001.

Alep - rebatir la france

C’est donc par une étonnante union des hommes de bien transcendant les Etats-Nations, y compris en Israël, que la première guerre « antimondialiste » a été gagnée en Syrie. Et la libération d’Alep donne lieu à des images de liesse populaire dont nos médias tenteront de minimiser les conséquences[3]. Quand un journal en France ose s’appeler Libération pour encourager de fait l’asservissement intellectuel des Français, il y a de quoi rester songeur devant ces manipulations qui confinent à la schizophrénie[4]. Cette dissonance cognitive, c’est l’agonie de nos scribes et pharisiens hypocrites “modernes“ que sont nos journalistes : des esclaves « enchaînés aux mains des manieurs d’argents »[5] dont parlait à bon droit Léon Daudet, ce que John Swinton avait résumé par l’expression « prostituées de l’intellect »[6].

Sauf que cette schizophrénie se retrouve aussi dans le pénible florilège de réactions schizophrénique au sein de la politique française, culminant avec le pitoyable amateurisme du trio parlementaire improbable (Cécile Duflot, EELV ; Hervé Mariton, LR ; Patrick Mennucci, PS), refoulé pour avoir prétendu entrer en Syrie sans même avoir daigné en demander l’autorisation[7]. Il n’est pas décemment possible de valider l’ignorance de personnels politique qui sont censés disposer de tous les sons de cloche à leur portée : l’impunité de ces mensonges proférés les yeux dans les yeux devant les médias est édifiante quant à l’état réel de notre démocratie[8]. Et c’est l’honneur de la France qui a été très gravement atteint à l’occasion de toute cette crise, lorsque notre désastreux Président François Hollande a osé opposer un pitoyable camouflet à son homologue russe, qui devait inaugurer la nouvelle cathédrale orthodoxe à Paris le 19 octobre dernier, pour recevoir le lendemain à l’Élysée les soi-disant “casques blancs[9], dont on sait parfaitement qu’ils constituèrent une grossière manipulation de plus dans cette guerre inique.

Heureusement, ces manipulations achèvent en ce moment même de voler en éclats, et l’on retrouve le matériel de ces “casques blancs“, ainsi qu’une débauche d’équipements militaires facilement traçables provenant de l’OTAN, et bon nombre de barbes tondues à la va-vite par les djihadistes qui paniquent face à leur destin inéluctable[10]. Il y a quelque chose de satanique dans la façon dont ce tissu de mensonge se dissout dans la lumière, mais il y a aussi dans cette reprise d’Alep une grande leçon de civilisation que Charles De Gaulle avait énoncée dans « Le Fil de l’Epée » (1934) : les armes ne servent pas qu’à torturer l’humanité, elles servent aussi à la protéger…

Mais l’ironie du sort, c’est une contre-manifestation “sauvage“ (vraisemblablement non déclarée) en France, contre cette libération d ‘Alep, hier matin (13 décembre 2016), place Beauvau[11], en face même du Ministère de l’Intérieur : une poignée de français désinformés se sont en effet adonnés aux « 15 minutes de haine » chère à Orwell, contre Bachar al-Assad et Vladimir Poutine : coupables selon eux d’avoir traité leurs chers terroristes “modérés“ façon un peu trop virile… S’ils savaient comment la bataille d’Alep a réellement été menée, avec des égards pour les populations civiles et des solutions d’évacuation offerte aux terroristes qui seront étudiés durant des années dans les écoles militaires, ils en feraient certainement une syncope…

Il faudra repenser à cette bien curieuse “mentalité de lemmings“ en cas de prochain attentat en France. Car il y a un moment où la bêtise devient létale, en reprochant aux Russes et à leurs alliés la guerre de Syrie qui protège de fait la France contre l’État Islamique, considéré comme le responsable des dernières attaques terroristes en France… Pour paraphraser Bossuet : Dieu rit de ceux qui déplorent les effets des causes qu’ils chérissent

JMC

[1] Par exemple Vladimir Volkoff : « Petite Histoire de la désinformation » (édit. Du Rocher, Paris 1999).

[2] « Le 4 juillet 2011, BHL, Fabius, Kouchner, lançaient la campagne « Assad doit partir » » (Louis Denghien, Arrêt sur Info, 11 décembre 2016.

[3] « Scènes de liesse et d’euphorie dans les rues d’Alep alors que la libération est «imminente» (VIDEOS) » (RT, 12 déc. 2016) ; « Syrie: libération totale d’Alep! » (Pars-TV, 12-12-16).

[4] « Bataille d’Alep: «C’est le jour du jugement dernier» » (Libération, 12 décembre 2016)

[5] « L’avenir enregistrera ce fait indéniable que la prétendue liberté de la presse n’aura servi qu’à enchaîner les journaux aux manieurs d’argent » (Léon Daudet, « Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux », Nouvelle Librairie Nationale, 1920, Chap.1).

[6]  À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand son employeur lui propose de boire un toast à la liberté de la presse : « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! » (Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979).

[7] « Syrie : la délégation Mariton-Duflot-Mennucci refoulée à la frontière turque conspuée sur Twitter » (RT, 12 déc. 2016)

[8]  « Crime humanitaire à Alep : « nous avons joué au pompier pyromane » » (Libération, 13-12-16)

[9] « Malgré la polémique, François Hollande a reçu les casques blancs syriens à l’Elysée » (RT, 20 oct. 2016)

[10] Voir : « Défaite de l’Occident à Alep », « Alep : la guerre des cinq jours » et « Palmyre : opération américaine avortée »  (Bassan Tahan, Eurasia Express 1er, 10 et 12 décembre 2016).

[11] Image via Sputnik ici.

 

source : https://rebatirlafrance.fr/syrie-la-liberation-dalep-ou-lagonie-des-scribes-et-pharisiens-hypocrites/

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Pcdvendee |
Letambourdesaintremy |
Le Bangard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Emploidessolutions
| Opposition Raphaeloise
| tueparlesfinanciers